Piscine D.S.P, Pas de miracle  !!! Les Plougonvelinois paieront une note bien salée

drowning-1294816_960_720Dans notre article d’octobre 2015, Délégation de service public (D.S.P), Un atout ou un boulet pendant 15 ans ??? nous vous mettions en garde contre l’aspect dogmatique et non pragmatique de ce dossier.

Lors du conseil municipal du 13 Juin dernier, la municipalité nous a demandé d’approuver le choix du délégataire retenu par la municipalité : UCPA, entrée en vigueur le 1 janvier 2017. Répétons-le : « nous ne sommes ni contre la procédure de DSP, ni contre l’entreprise privée, seul compte l’intérêt financier et social des Plougonvelinois ».

Les engagements pris par le maire dans son rapport préalable du 29 janvier 2015, étaient basés sur une délégation de 15 ans, le versement d’une redevance, et l’approbation du contrat finalisé, avec l’objectif de limiter l’impact budgétaire sur la commune.

Or, foulant aux pieds ses propres engagements, la municipalité nous demande, de donner un chèque en blanc au maire pour signer le contrat sur la base d’un contrat provisoire d’une durée de 7 ans, sans aucune présentation de l’impact budgétaire sur les finances de la commune !

Nous sommes surpris par certains éléments de ce contrat provisoire:

  1. Le titulaire du contrat sera une filiale de l’UCPA, la maison-mère négocie l’appel d’offres et la filiale prend en charge le contrat.
  2. le sort du personnel est peu traité : or, dans le rapport d’analyse, 8 agents sont concernés…
  3. la redevance pour la location de la piscine est fixée à 2400€ TTC par an, un loyer dérisoire de 200€ /mois !!!.
  4. aucune mention de la continuité de la Carte Privilèges, les Plougonvelinois paieront-ils encore plus ???
  5. la Commune compensera seulement le tarif des scolaires Plougonvelinois pour 15 360€ TTC.
  6. la Commune versera la somme de 344 628€ TTC annuellement à l’UCPA pour gérer la piscine!!!
  7. la Commune conservera à sa charge les grosses réparations, et tous les travaux d’investissement.

En faisant un calcul très simple, à partir des comptes 2013, 2014, et 2015, le coût total hors travaux d’investissement sera d’environ 600 000€ soit 4 200 000€ sur les 7 ans, à comparer avec le financement communal de la construction d’environ 2 000 000€. Rappelons que nous avions mis en place en 2014 une gestion mixte, majoritairement privée, pour diminuer le déficit d’exploitation qui en moyenne s’élevait à 250 000€ hors charges propriétaire (investissement, taxes, remboursement des emprunts…). Actuellement le coût global pour la commune, charges propriétaire comprises, est de 434 000€ moyenne sur les 3 dernières années.

Une dépense supplémentaire d’environ 100 000€ par an, apparaît comme l’affaire du siècle pour la municipalité ! Pour nous, cela s’apparente plutôt à une gabegie ! Il nous semble que la municipalité est sur la voie de répéter la gestion (fermetures, contentieux…) de la piscine de 2001 à 2008 !

Sur la période de 7 ans (durée de la DSP), la commune déboursera 700 000€ supplémentaire par rapport à la gestion actuelle. Pour ce prix, les Plougonvelinois auraient sans doute préféré que les élus retroussent leurs manches pour prendre en charge cette gestion ou trouver d’autres solutions moins onéreuses !!!.

Pour nous, les élus doivent consacrer du temps pour gérer les services communaux au moindre coût pour nos administrés, les élus ne sont pas là pour se débarrasser des gestions difficiles en faisant payer les administrés au prix fort.

Rétablissons quelques vérités dérangeantes

Il est grand temps de dissiper les mensonges véhiculées par certains sur mes responsabilités dans le dossier piscine. « Je n’assume pas ce que je n’ai pas fait, et j’assume totalement ce que j’ai fait jusqu’au 1er mars 2001 »

Le projet décidé par la municipalité en 1997 était piloté par:

  • I.BACOR pour valider les choix techniques en conformité avec le budget,
  • L.CARADEC, le maire, pilotait tous les aspects financiers (subventions, emprunts…) de l’opération.

Nous avions négocié un contrat de DSP avec RECREA sur 15 ans, avec une redevance annuelle de 152 449€ au profit de la commune, contrat signé en juin 2001, qui ne garantissait aucun impact financier pour les Plougonvelinois.

J’ai suivi le chantier principalement le gros œuvre jusqu’à fin février 2001 ; je ne suis pas concerné par les décisions techniques et financières prises après février 2001.

Ceux qui ont voté pour l’emprunt toxique en francs suisses sur 30 ans doivent assumer leurs propres responsabilités et ne pas renier leurs votes !!!

___________

Textes de référence :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com