Fusion, nos négociateurs rectifient

La fusion n’est qu’une petite étape dans cette campagne municipale et je n’ai aucune envie de polémiquer avec M.Ris. Mon principal souci est d’apporter des solutions aux problèmes de la commune et je peux en débattre avec les candidats en face à face si besoin.  Toutefois ceux qui ont porté cette discussion sur une tentative de fusion avec l’équipe de Cap Plougonvelin m’ont demandé de publier le déroulement des discussions qu’ils ont menées pour rectifier les propos de M.Ris.

Ci-après leur version:

Chronique d’un échec programmé

Atterrés par le dernier article de M. Ris quant aux explications données pour justifier l’échec de la tentative de fusion entre les listes E.N.P (Energies Nouvelles Plougonvelin) et C.P (Cap Plougonvelin), nous, qui avons mené les différentes discussions, ne pouvions pas rester sans réaction. Alors que de nombreux électeurs nous incitaient à cette fusion, nous déplorons ce travestissement de la vérité et cette manipulation des faits par quelqu’un dont les pratiques sont bien loin de la démocratie participative prônée par lui. Nous déplorons cette attitude qui n’a consisté qu’à faire traîner les choses pour faire peser l’échec de la fusion sur notre tête de liste.

Retour sur la chronologie des faits :

– 17 mars : annonce de M. Ris par une vidéo sur son site du dépôt de sa liste pour le second tour des municipales tout en détaillant les raisons justifiant l’absence de recherche d’une fusion, – Pendant cette première semaine de confinement jusqu’au 21 mars, J.Y Le Borgne et P.Y Le Dreff ont eu 3 conversations téléphoniques avec M. Ris pour évoquer une éventuelle fusion. Il y a eu un accord verbal de reporter cette discussion après le déconfinement, avec l’engagement d’éviter toute attaque pendant le confinement (en cohérence avec le post paru sur le site de Israël Bacor),

– 19 mai : Israël Bacor demande un vote aux candidats de notre liste qui confirment la volonté de discussion sous certaines conditions et nomme deux négociateurs.

– 23 mai : relance téléphonique de P.Y Le Dreff à M. Ris pour relancer la discussion. M. Ris repousse la conversation au 25 mai,

– 25 mai :

o Mi-journée : P.Y Le Dreff donne oralement nos préalables (I. Bacor tête de liste et absence de communication externe pendant les discussions) et un calendrier de discussion (rapide sur 2 jours 26 et 27 mai pour avoir le temps de tout finaliser avant le 02 juin),

o Soirée : Relance téléphonique de P.Y Le Dreff vers M. Ris qui annonce qu’un mél est en rédaction à l’intention d’Israël Bacor, le mél est envoyé à 22h20 avec une lettre n’acceptant pas fermement nos préalables et proposant un préalable « 13 candidats Cap Plougonvelin affectés aux numéros pairs de la liste », soit la moitié des candidats malgré le score du premier tour (32,3% E.N.P – 20,2% C.P).

– 26 mai :

o Totale incompréhension de notre liste sur ce préalable de M. Ris, qui a pour conséquence l’exclusion de tous les hommes de sa liste car les positions paires correspondent aux candidates pour respecter la parité,

o Fin de matinée, Israël Bacor répond à M. Ris par courrier électronique « nos préalables ne sont pas totalement acceptés. Une fusion de liste a pour but d’être équitable sans pour autant aboutir à la parité. »,

o M. Ris à 12h36 maintient par mél ses préalables.

– 27 mai :

o Relance téléphonique de P.Y Le Dreff vers M. Ris. Après échanges, constat mutuel que les discussions sont bloquées et que P.Y Le Dreff en informe Israël Bacor.

L’équipe de négociation E.N.P conclut que M. Ris n’est pas intéressé par la fusion, fait tout pour retarder la discussion et tente de faire porter la responsabilité de l’échec sur notre équipe. Après l’annonce par le gouvernement du maintien de la date de dépôt de liste au 02 juin, M. Ris contacte J.Y Le Borgne qui ne fait pas partie de l’équipe des négociateurs de ENP, les deux sont d’accord pour une discussion sur les préalables le 28 mai à 17h30.

– 28 mai : A l’issue de cette rencontre, d’environ une heure, entre E.N.P (J.Y Le Borgne et P.Y Le Dreff) et C.P (M.C Cotty, C. Dollfus et Ph. Ris), le constat est simple : C.P refuse de modifier son préalable sans faire aucune proposition. M.Ris était très effacé et a sorti quelques diatribes contre les dysfonctionnements de la 5ème République, la mauvaise gestion du COVID-19 par l’ARS… Nous avons terminé cette réunion en déclarant calmement à M. Ris que cet épisode conclut une séquence de 2 ans commencée par sa tentative de putsch sur l’association PPT et sa volonté d’être maire. Nous constatons une absence réelle de volonté de fusion et comprenons que le but de la réunion était de nous amener à l’échec.

– 29 mai : Après information de l’équipe, nous prenons acte de l’échec de la fusion et l’annonçons sur le site Israël Bacor.fr. Israël Bacor lance le processus de dépôt de liste E.N.P et obtient un rendez-vous mardi 2 juin au matin à la préfecture.

– Samedi 30 mai fin d’après-midi : M. Ris envoie un mél à I. Bacor exprimant « son offre de fusion » sans aucune proposition. Par contre, « la négociation devra se terminer lundi 1er juin au soir ». Nous répondons à M. Ris qu’il n’a toujours pas « levé ses points de blocage et que la date de lundi n’est pas compatible avec la date de dépôt de liste du mardi 2 juin ». E.N.P reste ouvert à la discussion si le préalable est levé immédiatement. Nous constatons encore une fois que C.P reporte toujours la discussion pour éviter toute négociation.

– 1er juin 11h : M. Ris appelle I. Bacor pour lui demander la proposition de E.N.P. I. Bacor lui redit que son préalable « égalité du nombre des candidats » doit être levé pour aller plus loin et que le dépôt de la liste E.N.P est fixé à 09h30 le lendemain. La position de E.N.P a été clairement définie dans ses publications, un accord ne pourra se faire qu’en respectant la répartition des voix, soit un tiers C.P et deux tiers E.N.P. Une rencontre est actée pour l’après-midi à 15h30 sur la base d’un accord verbal, mais aucun écrit de la levée du préalable n’a été fait par M. Ris en amont de cette rencontre.

Nous, négociateurs depuis le début, émettons quelques réserves sur la sincérité de la démarche de M. Ris vu les échanges précédents et le laps de temps qu’il reste pour le dépôt d’une liste fusionnée.

Cette rencontre de 2 heures a lieu en présence de M. Ris, Cl. Dolffus, M.C Cotty (C.P) et I. Bacor, P. Le Moigne et P.Y Le Dreff (E.N.P). Des échanges cordiaux ont démarré sur la répartition des candidats, la prise en compte des idées fortes du programme de Cap Plougonvelin (Démocratie participative, protection de la dune du Trez-Hir). A aucun moment, M. Ris n’a mentionné son accord ou son désaccord avec les propositions faites, ni abordé les modalités pratiques de la potentielle fusion alors que nous étions à quelques heures de la date limite de dépôt des listes. A aucun moment, non plus, M. Ris n’a fait état de son souhait d’être maire à mi-mandat. Cette rencontre s’achèvera sur un esclandre et la sortie théâtrale de M. Ris, sans doute savamment préparée, suite à sa demande, hors propos, d’excuses publiques.

Cette dernière rencontre vient confirmer notre impression que le but de sa démarche n’était que de rencontrer I. Bacor, pour provoquer un esclandre.


M. Ris a rejeté une possible fusion dès le 17 mars : il n’avait donc jamais changé d’avis, mais a simplement agit en digne représentant d’un système de politique politicienne auquel il appartient, mais qu’il dénonce : cherchez l’erreur !

Malgré la sincérité et les convergences de vues lors des rencontres avec ses colistières, nous ne nous faisions pas d’illusions : le déroulement de cette mascarade nous a malheureusement donné raison.



Jean-Yves Le Borgne – Pierre-Yves Le Dreff – Pascal Le Moigne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com