5 mois après, quelle image pour la Tréziroise ?

Depuis le 1er janvier 2017, la municipalité actuelle a accordé la gestion de La Tréziroise à l’UCPA par une DSP (Délégation de Service Public).

Notre article de juin dernier, http://israel-bacor.fr/piscine-d-s-p-pas-de-miracle-les-plougonvelinois-paieront-une-note-bien-salee/ , retraçait les avantages/inconvénients de ce mode de gestion. Rappelons que ce mode de fonctionnement, déjà mis en place en 2000, coûte maintenant plus cher à la commune et demande un suivi attentif des élus.

Depuis sa réouverture en 2010, notre piscine avait retrouvé une bonne image auprès de ses utilisateurs. Comme dans tout ouvrage complexe, des problèmes existaient. La commune avait donc investi et formé son personnel aux difficiles tâches d’entretien.

1 : Choix commercial du délégataire :

a) Séparation des activités : Le délégataire investit dans la séparation physique des activités en réaménageant les surfaces pour asseoir sa stratégie commerciale. Ainsi deux nouveaux espaces sont créés :

– l’espace fitness avec cardio training ouvert depuis le début de l’année,

– l’espace bien-être, objet du transfert des équipements, sauna et hammam, ouvert depuis mi-mai.

Quoi de plus normal pour une entreprise commerciale !

b) Les tarifs

32% d’augmentation du prix du ticket d’entrée, incluant les prestations bien-être jacuzzi, hamman et sauna : 9€ (au lieu de 6€ avant la DSP)

A noter que l’accès à la piscine, seule, vous coûte actuellement 4.80€ !!

Le délégataire parie donc sur une forte augmentation de la fréquentation de la piscine.

Cette stratégie, cautionnée par la municipalité, devrait rendre la structure plus rentable pour le délégataire mais hélas plus déficitaire pour la commune. Pourquoi pas ? Nous verrons à l’usage !!!

2 : Entretien

Nous avons été alertés par de nombreux usagers, suite à des problèmes chroniques d’entretien.

  1. Chauffage : Pendant les premiers mois d’exploitation, l’eau des bassins était réputée froide ; la direction a annoncé que la situation a été rétablie : l’eau du bassin sportif est maintenant à 29.1°C !!! Il était grand temps après tout un hiver à 27°C

  1. Carrelage : Un soufflage de carrelage a été détecté dans les vestiaires des femmes au début de l’année. Les travaux ont eu lieu pendant les heures d’ouverture, ce qui a provoqué un certain « émoi » chez les utilisatrices ! Nous sommes intervenus en conseil municipal du 23 janvier pour alerter la municipalité sur ce fait; réponse : c’est normal, il faut bien réparer, ce sera fini dans quelques jours !!

Or, 5 mois après, le problème est toujours d’actualité, la réparation n’est toujours pas finie, il parait que ce sera pour la fermeture technique de Juin!!!

Toujours selon les usagers, la réparation du carrelage des douches a été faite avec des carreaux glissants, ce qui a provoqué quelques belles glissades. Au moins une cliente a subi une fracture après une glissade, là cela devient plus inquiétant !!!

  1. Propreté des vestiaires : Toujours d’après les utilisateurs, les vestiaires seraient sales depuis le début de l’année !! S’agit-il d’un manque d’entretien ou d’une économie voulue? Pour plus de rentabilité favoriserait-on une diminution des dépenses d’entretien ? Espérons que non car c’est l’image de la piscine qui en souffrirait.

  1. Qualité de l’eau des bassins. Les usagers se plaignent de la présence d’une forte quantité de sable dans les bassins ! Les filtres ont été entièrement rénovés en 2010 et le personnel technique communal a acquis une compétence reconnue dans la matière. Est-ce aussi la conséquence d’une mesure d’économie ou d’un manque de technicité?

Si on en croit ceux qui ont géré la piscine dès sa première ouverture en 2001, le premier délégataire péchait par manque d’entretien. Par principe, toute délégation de service exige un contrôle méticuleux et un suivi permanent ; déléguer ce n’est pas se débarrasser des problèmes !!! Les mêmes causes produiraient-elles les mêmes effets ?

L’UCPA, ex partenaire et fournisseur de prestations aquatiques, connaît bien la structure et n’a pas besoin d’un temps d’apprentissage. Après 5 mois d’exploitation à la tête de cette DSP, il est anormal de constater que des problèmes d’entretien courant durent aussi longtemps. Le délégataire a le devoir de maintenir l’équipement en bon état pendant toute la durée du contrat de DSP.

Cet état des lieux nuit à la notoriété de l’équipement et donc à sa rentabilité, tellement promise par la municipalité.

Nous nous interrogeons sur la réalité du suivi mis en place auprès du délégataire par l’équipe municipale. Du coup, il ne serait pas étonnant que le délégataire fasse le minimum d’entretien et de maintenance.

Après 5 mois de DSP (Délégation Service Public) notre piscine serait-elle plus chère et moins bien entretenue ? Nous ne le souhaitons pas…

2 Responses to “5 mois après, quelle image pour la Tréziroise ?

  • bonjour,
    En fait, si on passe de 6euros à 9euros, cela fait 50% d’augmentation. Pour ma prestation habituelle actuelle : piscine + sauna, je passerai donc d’environ 6 euros à 9 euros. Si la piscine est à 4 euros, 5 euros ça fait cher pour les quelques minutes de sauna ou hammam que les nageurs utilisent et ça ne va pas augmenter la fréquentation du sauna ou hammam. Donc, je n’utiliserai pas le sauna et économiserai 2 euros.
    cordialement
    Jean-Yves Cabon

  • Quant a moi je déplore l inadequation des horaires, notemment l absence d ouverture le matin…
    Le bassin est souvent reservé a qq personnes pour la gym qui n est pas l activité premiere d une piscine de natation.
    Enfin l aprentissage des enfants pour la natation est nul, on apprend le barbotage et non pas la nage…. je me suis fait avoir!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com